skip to Main Content

Bienvenue 

Envoyez-nous simplement un message et un membre de notre équipe communiquera avec vous dans les 48 heures

Contactez-nous

Email: contact@abo-rec.org
Phone: +224 625 73 90 90 +224 622 68 68 46
Address: Almamya, Commune de Kaloum Conakry Republique de Guinée

Our Location

Le Gouverneur de la BCRG, Dr. Lounceny Nabé, Président pour 2 ans de l’Initiative Africaine de Politiques d’Inclusion Financière-AFPI.

IMG_7443-min
IMG_7341-min
IMG_7015-min
IMG_7144-min
previous arrow
next arrow
IMG_7443-min
IMG_7341-min
IMG_7015-min
IMG_7144-min
previous arrow
next arrow

 

 

DISCOURS DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE LA BCRG A L’OCCASION DE LA 6ème TABLE RONDE DE L’AFPI.

  • Monsieur le Premier Ministre,
  • Mesdames et Monsieur les Membres du Gouvernement,
  • Monsieur le Directeur Exécutif de l’AFI,
  • Hauts Fonctionnaires, représentants des Partenaires de développement,
  • Mesdames et Messieurs les Gouverneurs et Vice-gouverneurs des Banques centrales africaines ici représentées,
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des institutions financières (Banques, IMF, EME et Compagnies d’assurance),
  • Cadres de la Banque Centrale de la République de Guinée,

Mesdames et Messieurs, distingués invités,

Je me réjouis de prendre la parole ce matin pour exprimer la joie de la République de Guinée  d’accueillir la 6ème Table Ronde annuelle des Décideurs de l’Initiative Africaine de politiques d’inclusion financière.

Je voudrais tout d’abord remercier, au nom de son excellence le Professeur Alpha CONDE, Président de la République, Chef de l’Etat, tous les acteurs qui ont fait le déplacement de Conakry, pour avoir bien voulu rehausser de leurs présences, les présentes assises en terre africaine de Guinée. Ces remerciements s’adressent bien sûr à l’Alliance pour l’Inclusion Financière (AFI) pour la contribution décisive qu’elle apporte à l’amélioration de l’inclusion financière à travers le monde.

Cette 6ème Table Ronde se tient au moment où la succession de l’AMPI s’est mise en place avec l’extension de la portée de l’Initiative régionale au-delà de l’initiative de la politique de téléphonie mobile. Elle prend en effet désormais compte d’autres sujets tels que, le financement des Petites et Moyennes Entreprises (PME), l’intégration financière des femmes, les politiques de financement de l’agriculture, la synergie entre les services financiers numériques et la microfinance, etc.

Que la décision prise à Maputo ait été opportune, votre présence massive à cette rencontre suffit à le prouver.

Mesdames et Messieurs

Distingués invités,

La politique d’inclusion financière de la Banque Centrale de la République de Guinée répond à la plupart des préoccupations de notre organisation, notamment les problèmes liés à la proximité des institutions financières, le coût des services, la confiance du public et les croyances religieuses. L’encouragement des banques, institutions de microfinance, compagnies d’assurances et établissements de monnaie électronique à s’investir à l’intérieur du pays, s’inscrit dans cette logique de densification du réseau bancaire à travers  le territoire national.

Face au coût élevé des services bancaires, la Banque Centrale de la République de Guinée a édicté une instruction portant sur la gratuité de certains services offerts par les banques à leurs clients. En outre, une autorisation a été donnée à une banque  dans le cadre de la fourniture des produits de la finance islamique afin de bancariser une grande partie de la population exclue du système financier pour des considérations religieuses.

Une réglementation concernant les Services Financiers Mobiles a été élaborée. Ce nouveau cadre réglementaire donnera à coup sûr un souffle nouveau à la finance inclusive dans notre pays. C’est ainsi que deux (2) programmes de services financiers mobiles fonctionnent à ce jour, et offrent des services de paiement permettant aux clients de réaliser des opérations et des transactions depuis leurs téléphones portables sans avoir besoin de posséder un compte bancaire.De cent mille en fin 2015 (année de mise en place de la réglementation sur les EME), le nombre de clients est porté à environ deux millions en 2017.

Le cumul des transactions à fin 2017 (transferts de fonds et paiements confondus) s’élève à plus de deux mille milliards de GNF.

La quantité de monnaie électronique en circulation à fin 2017 s’élève à plus de 300 milliards de GNF.

En termes de création d’emplois, les services financiers via les Etablissements de monnaie Electronique (EME) sont offerts par près de 20 000 agents couvrant l’ensemble du territoire national.

Ces nouveaux services représentent un potentiel de croissance important pour la Guinée où le taux de bancarisation est inférieur à 10% alors que le taux de pénétration mobile en pleine progression est voisin de 100%.

C’est d’ailleurs l’occasion de remercier une fois de plus l’AFI qui a joué un rôle crucial dans l’élaboration de cette réglementation. En effet, grâce à sa procédure de revue par les pairs, cette réglementation a été amendée et perfectionnée avec la prise en compte des bonnes pratiques en la matière. Elle a en outre, subventionné des voyages d’études en Tanzanie, aux Philippines et au Kenya pour certains cadres de la Banque Centrale de la République de Guinée en vue de s’imprégner de l’expérience de ces pays en matière d’inclusion financière. A travers l’Espace des Membres de l’AFI qui est une plateforme virtuelle permettant aux Décideurs et Acteurs en matière de politiques d’inclusion financières de partager des ressources et des connaissances, des cadres de la Banque Centrale de la République de Guinée ont pu bénéficier des ressources et appuis nécessaires dans leurs travaux quotidiens.

Sur le plan de la monétique, deux Sociétés de Monétique ont été agréées,chargées, l’une de la mise en place et de l’exploitation d’un centre de traitement monétique interbancaire,et l’autre de la mise en place de la gestion technique et commerciale d’un réseau monétique privé.

Par ailleurs, dans le cadre de l’harmonisation des instruments et procédés de paiements au niveau de la ZMAO, la BCRG a lancé depuis 2009, avec le soutien de l’IMAO, de la Banque Africaine de Développement et du Fonds Africain de Développement, un projet de développement et de modernisation du Système National de Paiement en Guinée. Ce système permet aujourd’hui le règlement en temps réel des transactions nationales et transfrontalières.

Sur le plan des opérations de transfert, plusieurs  sociétés sont autorisées en Guinée. Elles travaillent en partenariat avec les Etablissements de crédit.

Mesdames et Messieurs

Distingués invités,

L’inclusion financière dans nos pays devient un sujet incontournable si nous voulons sortir nos populations de la pauvreté par l’offre de services financiers de qualité. L’atteinte de cet objectif passe notamment par un traitement juste et correct des clients des institutions financières, et donc par leur prise en compte.

Dans ce cadre, la Banque Centrale a prévu des dispositifs dont la protection des consommateurs pour améliorer et sécuriser l’accès aux services financiers. Outre la création d’un fonds de garantie des dépôts et l’instauration du droit au compte, la BCRG a mis en place une série de mesures dont entre autres :

  • l’obligation pour les IMF d’indiquer toutes les commissions applicables et de présenter les taux d’intérêt sous un format standard alors que pour les banques, toutes les conditions de banques doivent être affichées et connues des clients ;
  • la modernisation de la Centrale des Risques, laquelle intégrera tous les établissements de crédit (banques, IMF) ;
  • l’obligation pour les IMF de mettre en place un mécanisme interne de règlement des différends.

L’inclusion financière et l’intégrité financière vont de pair. Les objectifs d’inclusion financière et de mise en place d’un dispositif efficace de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT)peuvent être poursuivis simultanément, les deux soutenant et renforçant les objectifs politiques dans le secteur financier. De même, en plus de son dispositif interne complètement opérationnel, la Banque Centrale intègre les aspects de conformité dans la mise en œuvre de ses compétences en matière de supervision des Institutions Financières.

Pour consolider les efforts fournis en matière d’intégrité financière, la loi relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme a été promulguée.

La nouvelle loi sur les Institutions Financières Inclusives intègre les développements récents du secteur à travers la prise en compte de nouveaux produits comme les paiement mobiles offerts par les établissements de monnaie électronique (EME), la micro assurance…. Elle aborde le renforcement de la protection des consommateurs selon plusieurs axes :

  • l’introduction de dispositions élargies relatives au droit des pratiques de marchépour l’essentiel relatives à la protection des consommateurs et à la gestion de la concurrence.
  • l’introduction de principes prévus par les meilleures pratiques internationales (transparence des conditions à la clientèle, traitement équitable des clients, mécanismes de recours et de contentieux) ;
  • la mise en place d’un mécanisme de garantie des dépôts des clients, dès que les prérequis économiques du secteur le permettront ;
  • l’introduction de la notion de produits de financement participatifs ou « alternatifs »

Mesdames et Messieurs

Distingués invités,

Dans son livre « vers un mondesans pauvreté », M. Yunus écrit : “L’argent, quand il est utilisé par une femme dans un ménage, profite davantage à l’ensemble de la famille que lorsqu’il est utilisé par un homme”.

Cette assertion pose nettement l’importance de la pise en compte du genre dans la lutte contre l’exclusion.

Il y a lieu de se féliciter des efforts des IMF favorisant la mise en place et le développement de groupements féminins en leur octroyant des prêts solidaires selon le secteur d’activité. Par le biais du cautionnement solidaire qui fait appel à une solidarité de groupe, le taux de remboursement de ces crédits frôle les 100%.

C’est pour apporter à ces efforts un appui décisif que les Autorités guinéennes, le Président de la République en tête ont encouragé l’implantation des Mutuelles des Femmes africaines (MUFFA).

Pour soutenir toutes ces évolutions, le document de Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI) est en cours d’actualisation avec l’appui des Partenaires techniques et financiers. Le nouveau document prendra en compte comme indiqué, les nouveaux produits et services tels les services financiers de la Poste.

Mesdames et Messieurs

Distingués invités,

La République de Guinée est très fière d’accueillir cette première réunion de la nouvelle initiative, et j’espère que ces journées seront mises à profit pour enfin poser les jalons d’une inclusion financière élargie et réussie.

Au-delà des travaux, j’ose croire que vous aurez l’occasion de profiter de l’hospitalité légendaire des populations Guinéennes, ainsi que de la variété de la richesse culturelle de la République de Guinée.

Je vous remercie de votre attention. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top